Interview Yacine Brahimi : « La base pour gagner un duel en un contre un, c’est d’arriver lancé »

http://www.footpack.fr/wp-content/uploads/2016/07/Interview-Yacine-Brahimi-1-1050x700.jpg

De passage au Palais of Speed de Nike, qui s’est tenu du 4 au 18 juin dernier à Paris, Yacine Brahimi s’est entretenu avec nous. L’international algérien nous a parlé des Nike Mercurial avec lesquelles il évolue depuis presque toujours mais aussi des qualités nécessaires pour jouer au poste d’ailier.

Interview-Brahimi-2

Tu es un adepte de la Nike Mercurial depuis presque toujours. Pourquoi cette paire plutôt qu’une autre ?

Tout d’abord pour sa légèreté. La Mercurial a toujours fait partie des chaussures les plus légères et je me suis toujours senti bien dedans. Donc j’ai joué avec la Mercurial car elle était légère mais aussi souple et très confortable. En fait, j’ai commencé à jouer avec des Mercurial Vapor lorsque j’avais entre 16 et 17 ans.

As-tu été influencé dans ton choix par des joueurs emblématiques qui ont porté cette paire comme Ronaldo Lima (R9) ?

Non, en réalité, je devais choisir une nouvelle paire pour jouer et en essayant la Mercurial Vapor, j’ai été bluffé par sa légèreté. Donc, j’ai décidé de jouer avec et je me suis très vite senti à l’aise dedans.

Tu as porté des Mercurial Vapor tardivement. Te souviens-tu de ta première paire de chaussures de foot ?

(Il réfléchit). Ma première paire de foot devait être des Kappa. Je me souviens qu’elle avait une grosse languette repliable. Je ne me souviens du nom du produit mais c’était une Kappa.

Le Palais of Speed de Nike fait la part belle à la nouvelle Mercurial Superfly V. As-tu eu l’occasion de jouer avec ?

Non pas encore parce que je suis en vacances et que le championnat s’est terminé assez tôt pour moi. Seuls les joueurs qui allaient disputer l’Euro et la Copa America ont eu la chance de jouer avec.

chaussure-football-Nike-Mercurial-Superfly-V-1

On a vu que malgré l’apparition de la coupe montante, la Mercurial Superfly, tu continuais de jouer avec la Mercurial Vapor, avec une coupe basse. Pourquoi ?

Tout simplement parce que j’ai toujours été habitué à jouer avec des chaussures à coupe basse voire même toujours des Mercurial Vapor. Cependant, j’avais quand même essayé la version Superfly lors de la Coupe du monde 2014. Mais en réalité, je n’ai pas vraiment de problème d’adaptation. Je peux passer de la version Vapor à la Superfly sans aucun problème.

Tu fais tes choix avant les matches au feeling ?

Oui, tout à fait. Si un jour j’ai un coup cœur pour un coloris ou une paire, je peux la porter à l’entraînement et par la suite en match. Il m’arrive même parfois de jouer en Hypervenom à l’entraînement.

Même si tu n’as pas problème d’adaptation, ressens-tu des différences notables entre ces différentes chaussures ?

Oui, je les ressens. La Mercurial Superfly ne possède pas les mêmes matériaux que la Vapor par exemple. Même chose pour l’Hypervenom. Ce sont des sensations différentes mais je me suis toujours senti à l’aise avec toutes ces paires.

Si l’on compare à une vingtaine d’années, les chaussures de foot sont stylées, plus travaillées que par le passé. C’est important d’avoir du style quand on est joueur pro ?  

Important, peut-être pas mais c’est clair que l’on fait attention. C’est toujours plaisant d’avoir une jolie paire aux pieds. Personnellement, j’aime bien les couleurs flashy comme le jaune, le orange laser. Je portais d’ailleurs cette version au Mondial 2014.

En parlant de style, Nike a lancé une gamme lifestyle inspirée du foot : la collection Nike FC. Aimes-tu ce parallèle entre le foot et le lifestyle ?

J’aime beaucoup cette initiative. C’est vraiment cool que le foot soit une source d’inspiration pour le lifestyle. En plus, ce sont des produits qui collent vraiment bien aux goûts des joueurs. Ils sont classes, peuvent se porter avec un jean ou un bas de survêtement. C’est vraiment pratique. Et surtout, ce sont des chaussures dans lesquelles je me sens très bien.

chaussure-lifestyle-mercurial-free-flyknit-1 chaussure-lifestyle-air-magista-footscape-1

On va sortir du cadre de l’équipement pour parler du jeu. Quand on jour ailier comme toi, quels sont les critères qui font la différence au plus haut niveau ?

C’est un poste particulier car il est interprété de manière diverse et variée. Certains vont être très rapides, d’autres très techniques, d’autres plus physiques. Certains vont coller la ligne de touche pour déborder, d’autres vont plus rentrer à l’intérieur du jeu pour tirer au but. Au final, je pense qu’un bon ailier doit avoir un peu de tout ça.

Pour ta part, tu es plutôt un ailier très fort dans les un contre un. As-tu des secrets pour éliminer tes adversaires. As-tu, par exemple, des repères visuels par rapport aux appuis des défenseurs ?

Je pense que la base pour gagner un duel en un contre un, c’est d’arriver lancé. Quand tu arrives lancé, tu es presque inarrêtable car tu es en position de force face à un adversaire qui recule. Après, il faut aussi être capable d’être aussi efficace en partant à droite ou à gauche. Cela va créer encore plus de confusions dans l’esprit du défenseur.  Pour ma part, je n’ai pas vraiment de repères. Je dribble à l’instinct.

Tu es le parrain de la finale Winner Stays de Nike. Est-ce que le foot de rue te manque ?

Ça ne me manque pas car j’y joue encore avec des potes quand j’ai un peu de temps libre. Quand je rentre à la maison, je fais toujours des parties entre amis. Le foot de rue, c’est la base. C’est un retour aux sources pour moi.



Aucun commentaire pour le moment

Ajoutez le votre

54.158.119.60