Interview Dimitri Payet: « Un joueur rapide est un joueur qui va penser vite »

http://www.footpack.fr/wp-content/uploads/2016/11/Dimitri-Payet-Nike-Strike-Series-img2-1024x683.jpg

Auteur d’une saison 2015/2016 époustouflante et d’un Euro 2016 réussi, Dimitri Payet se confie sur son style de jeu et sur le rôle de milieu de terrain offensif.

Son aisance balle au pied, sa précision chirurgicale sur coup franc, sa capacité à éliminer facilement ses adversaires font de Dimitri Payet un joueur de classe mondiale adoré par les fans. Personne n’a oublié son but décisif magistral contre la Roumanie lors du match d’ouverture de l’Euro 2016 ou sa percée phénoménale contre Middlesbrough cette saison en Premier League. « Quand vous disputez des tournois comme l’Euro, vous affrontez les meilleures équipes du continent. Vous devez donc réaliser le geste parfait, la frappe parfaite… Des gestes que vous avez répété pendant des jours voire des années pour un prêt le jour J », indique Payet.  Tantôt créateur, tantôt buteur, tantôt passeur, Payet multiplie les casquettes pour faire gagner West Ham ou l’équipe de France. Mais la carrière du milieu offensif de 29 ans n’a pas été un fleuve tranquille. Son passage à l’OM avec Marcelo Bielsa lui a sans doute fait comprendre à quel point l’entraînement pouvait contribuer à la performance. « Mes entraînements individuels sont surtout tournés autour des appuis et des changements de direction, C’est tout le football moderne : courir, freiner, changer de direction. C’est tout ce qui fait un match. Quand tu maitrises ça parfaitement, tu es alors capable d’anticiper et d’avoir un temps d’avance sur tes adversaires », souligne Payet.

dimitri-payet-nike-strike-series-img3-1024x683

A quelques heures d’affronter le Suède, pour un match capital comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018, le joueur a longuement évoqué la notion de vitesse dans le jeu mais aussi son style de jeu.

« Quand as-tu réalisé que tu étais un joueur rapide ?

Dimitri Payet : J’ai réalisé que j’étais plus rapide que les autres entre 8 et 10 ans. C’était pendant un match de détection dans l’un des clubs de la Réunion. Je me souviens du match durant lequel j’ai senti que j’allais vite. J’ai su plus tard, que le coach m’avait mis son meilleur défenseur et à chaque action, et j’ai réussi à prendre l’avantage sur lui. Je l’ai vraiment perturbé. A ce moment précis, je me suis dit que j’étais capable de faire ça contre un meilleur joueur que moi, ca m’a donné beaucoup de motivation pour la suite ! Pour continuer à aller de l’avant.

Plus jeune, quel joueur était ton modèle. Celui qui t’a inspiré ?

DP: Je n’ai eu qu’un seul modèle : Ronaldinho. Un mélange de rapidité et d’efficacité. Le meilleur joueur du monde. C’était mon exemple !

Penses-tu que tu puisses être toi aussi un modèle ? 

DP: Je ne sais pas si je peux prétendre être un exemple. J’essaye d’avoir mon propre style. Bien sûr, je serais très fier si je pouvais inspirer la jeune génération. Mais pour le moment, je m’inspire encore beaucoup des autres joueurs pros.

dimitri-payet-nike-strike-series-img1-1024x683

Dans ton développement en tant que joueur, améliorer ta vitesse était-il une obsession ? 

DP: Être rapide n’est pas une motivation quand on joue à mon poste, c’est une obligation. Pour faire la différence pendant un match, tu dois être plus rapide que les défenseurs. Tu dois mieux faire les choses et plus rapidement. Quand le niveau de jeu augmente, tu dois jouer vite pour prendre le dessus.

Comment décrirais-tu ton style de jeu ? Comment la vitesse définirait ton jeu ?

DP: C’est marrant car je n’ai jamais été aussi rapide qu’on veut bien le croire. Pour moi, être rapide sur le terrain ça ne veut pas uniquement dire courir vite. Pour moi, un joueur rapide est un joueur qui est capable de penser vite. Qui prend rapidement la bonne décision. Dans le football moderne, vous avez des joueurs comme Iniesta qui n’est pas spécialement rapide sur un terrain mais qui savent quoi faire avant de recevoir la balle, qui savent où ils vont donner le ballon avant de l’avoir dans les pieds. Iniesta donne toujours l’impression d’avoir un temps d’avance sur les autres.  

Pourquoi la vitesse est si importante quand on joue milieu offensif ?

DP: Mon rôle est de créer. Concrètement, je dois être capable d’alimenter les attaquants mais aussi de marquer des buts. Je veux donner des passes décisives ou inscrire des bits, je dois anticiper le jeu, analyser très rapidement les situations, ce qui demande beaucoup de travail, d’entraînement et d’expérience. 

Peux-tu nous décrire un moment précis dans ta carrière où cette vitesse, dont tu parles, a fait la différence ?

DP: Il y a 5 ans, à l’époque je jouais à Saint Etienne, face à Montpellier. Je me souviens que sur une action, je pars de la droite puis je rentre sur mon pied gauche tout en dribblant un défenseur et au moment où je le dribble, j’arrive à frapper du gauche au bon moment ce qui fait que ni les défenseurs ni le gardien ont eu le temps de bouger et je pense qu’ils ne s’attendaient pas à ce que je frappe donc on peut en effet dire que je les ai pris de vitesse. A cet instant, j’ai ressenti une immense satisfaction car tu travailles dur mais tu ne sais jamais quand ça va vraiment payer et quand ça rentre et que le travail paye ça te donne encore plus de motivation pour continuer de progresser. Quand tu goûtes au haut niveau, tu n’as plus envie de redescendre ! Tu veux travailler toujours plus !

dimitri-payet-nike-strike-series-img4-1024x683

Comment les sessions d’entraînement t’aident-elles à être plus efficace dans les matchs importants ?

DP: L’expérience et l’entraînement sont essentiels dans ce type de situation. Lors de grandes rencontres, les matchs importants, c’est là où tu dois accomplir parfaitement tout ce que tu as travaillé à l’entrainement pendant des années. Tu dois effectuer le geste parfait, le tir parfait. Tu n’as pas le droit à l’erreur. Mais on s’entraîne pour ça ! Pour être parfait le jour J.

Et en quoi tes crampons t’aident-ils à être meilleur ?

DP: Le plus gros changement sur mes crampons, c’est la légèreté. Aujourd’hui les chaussures sont de plus en plus légères. J’ai l’impression d’être pieds nus ou d’être dans des chaussons. Les chaussures sont aussi très fines ce qui permet de mieux sentir le ballon et donc d’avoir un meilleur contrôle. C’est important de bien sentir le ballon.

Et ta première paire ? Tu t’en souviens ?

DP: Je m’en souviens très bien ! J’ai même tellement joué avec que je me souviens que le devant (sur la partie supérieur) s’était ouvert et mon père avait mis du scotch dessus pour que je puisse continuer à jouer avec. Aujourd’hui encore, chaque fois que je reçois une paire, je suis curieux de découvrir de quelles couleurs elles vont être. »

Source : Nike



Aucun commentaire pour le moment

Ajoutez le votre

54.205.8.87