Maillots de foot

Pourquoi les équipes de Premier League portent un coquelicot sur leur maillot ?

Publié le 28/10/2020 Mis à jour le 03/11/2020

Non content de vous présenter quotidiennement l'actualité des maillots et des chaussures, nous allons désormais nous attarder sur l'histoire, car chaque maillot, chaque blason, chaque modèle de chaussures de foot à une histoire. Aujourd'hui on vous parle du coquelicot sur les maillots des clubs anglais.

Nous revoilà à cette période de l’année. C’est le moment où les clubs de Premier League arborent le symbole du coquelicot sur leur maillot pour commémorer les soldats du commonwealth morts au combat. Mais savez-vous vraiment pourquoi cette fleur rouge va être visible au centre des maillots de l’ensemble des clubs du championnat d’Angleterre ?

Pourquoi un coquelicot sur les maillots de Premier League ?

Rappelant les coquelicots poussants sur le bord des tranchées ainsi que sur les tombes des soldats, cette fleur rouge est choisie comme symbole de mémoire peu de temps après la fin de la Première Guerre Mondiale. Depuis, la Poppy Appeal, comprendre la campagne du coquelicot, est une tradition en Grande-Bretagne et dans certains pays du Commonwealth. Lancée chaque année à cette même période par la Royal British Legion, elle est symbolisée par le port du coquelicot sur les vêtements. Le plus souvent, le « poppy » est vendu aux passants moyennant un don pour aider les vétérans et leur famille, et est devenu le symbole de cette campagne.

.

Un hommage aux soldats morts au combat

Visible depuis 2012 sur les maillots de Premier League, ces petites fleurs rouges habillent donc les maillots qui sont ensuite vendus aux enchères au profit de la Royal British Legion, ce qui aurait permis de collecter 2 millions de livres pour l’organisation caritative depuis 2012.
.

Le coquelicot sur le maillot d’Arsenal

Pourquoi Nemanja Matic refuse de porter le coquelicot ! 

En revanche, qui dit guerre, dit politique, qui signifie aussi bien souvent désaccords et tensions. Il arrive par exemple que certains joueurs refusent de porter ce badge. C’est le cas notamment de James McClean, un joueur irlandais qui a a toujours refusé de le porter. Natif de la ville de Derry en en Irlande du Nord d’où venaient six des vingt-huit personnes tuées lors du « bloody sunday » en 1972, il refuse d’honorer les coupables de cette tragédie.

Le milieu de terrain de Manchester United Nemanja Matic est dans la même situation. Après l’avoir porté pendant plusieurs saisons, il a finalement refusé de le porter depuis la saison 2018/2019, expliquant que ce symbole lui rappelait une attaque qu’il avait personnellement vécue lorsqu’il avait 12 ans et que son pays, la Serbie, était dévasté par les bombes.  Dans les deux cas, les joueurs avaient exprimés tout leur respect envers les soldats morts au combat ainsi que leur famille, expliquant qu’il ne s’agissait pas du tout d’un geste provocateur mais simplement d’un choix personnel et qu’ils espèreraient que chacun respecte également ce choix. 

Au niveau international, cette honorable coutume a également été à l’origine de problèmes entre les fédérations nationales concernées et la FIFA. Pour rappel, cette dernière bannit les symboles politiques sur les maillots. En 2016, elle avait notamment interdit aux joueurs de porter ce symbole sur leur maillot avant de faire machine arrière suite aux nombreuses réactions provoquées par cette décision.

Pour continuer votre lecture

Pourquoi un bleuet sur les maillots de Ligue 1 et Ligue 2 ?

 

Crédits photos : Pogba (charity stars.com) – Coquelicots (marble-arch.london) – Arsenal (Photo by David Price/Arsenal FC via Getty Images) – McClean (independent.co.uk) – Matic (Créateur : Catherine Ivill Crédits : Getty Images |Droits d’auteur : 2018 Getty Images)

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok