Chaussures de foot

Nike au tribunal contre adidas pour l’utilisation du Primeknit

Publié le 23/12/2021

Nike a demandé à une agence commerciale américaine de bloquer les importations d'une large gamme de utilisant du Primeknit, affirmant qu'elles copient ses inventions brevetées dans le cadre du développement du Flyknit, un tissu tricoté qui réduit les déchets sans perte de performance.

La technologie Flyknit a été introduite pour la première fois avant les Jeux olympiques de Londres en 2012 et présentée comme « la première innovation technologique majeure dans le domaine des tiges de chaussures depuis des décennies« . Dans un premier temps utilisée sur les chaussures de running, la technologie a débarqué dans le foot en 2014 avec le lancement de la Magista.

Nike/adidas : La guerre du knit

Quatre mois après ce lancement, adidas annonçait sa technologie Primeknit en affirmant qu’elle l’avait développée au cours des trois années précédentes. Suite à quoi Nike a déclaré que cette technologie était le résultat de plus de 100 millions de dollars et d’une décennie de recherche et qu’elle était « obligée d’intenter cette action pour défendre ses investissements dans l’innovation afin de protéger sa technologie en mettant fin à l’utilisation non autorisée d’adidas. »

Une nouvelle plainte a été déposée ce mercredi auprès de la Commission du commerce international à Washington et concerne 49 modèles de chaussures utilisant la technologie Primeknit d’adidas. Selon Nike, la marque allemande enfreindrait ainsi six brevets de Nike.

L’entreprise américaine réclame ainsi un ordre d’arrêt des ventes ainsi que des dommages et intérêts non précisés et demande que tout montant accordé soit triplé pour la copie intentionnelle.

Un porte-parole d’adidas a déclaré dans un courriel que la société analysait la plainte et qu’elle se défendrait contre les allégations.

Si la Commission américaine du commerce international bloquait les importations de chaussures Adidas en Primeknit, les Trois Bandes pourraient perdre 800 millions de dollars de baskets à « empeigne tricotée » rien qu’aux États-Unis en un an. C’est ce qu’affirme Matt Powell, conseiller principal pour le NPD Group. Le préjudice pour l’ensemble de la marque serait encore plus important.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok