Chaussures de foot

Depuis 8 mois, Matthijs De Ligt porte les mêmes crampons qu’il répare lui-même !

Publié le 11/02/2021

Avec Toni Kroos, on pensait avoir tout vu mais Matthijs De Light n'est pas mal dans son genre. Depuis 8 mois, le joueur porte exactement la même paire et il la répare même pour la conserver le plus longtemps possible.

À seulement 21 ans, Matthijs De Ligt possède déjà une belle expérience du poste de défenseur central. Révélé à l’Ajax Amsterdam, international hollandais et aujourd’hui à la Juventus, le joueur transféré pour plus de 80 millions d’Euros en juillet 2019 n’en reste pas moins un joueur de foot comme les autres. En tout cas, si on ne fait référence qu’à ses crampons, Matthijs De Ligt semble bien différent de ce qui se passe ailleurs. En effet, cela fait déjà plusieurs mois qu’il joue avec une paire de X18.1 du pack Virtuso qu’il répare lui-même et qu’il porte aux entrainements et aux matchs !

Il y a encore quelques années, les joueurs de foot bichonnaient leurs paires de crampons. À cette époque, le marché des crampons de foot n’était pas ce qu’il est aujourd’hui et les joueurs ne recevaient pas des colis de chaussures tous les deux mois en fonction de la sortie de tel ou tel coloris. Aujourd’hui et même si le contexte sanitaire et économique a probablement changé la donne pour beaucoup de marques et beaucoup de joueurs, les choses ont changé et les équipementiers sont au petit soin des des athlètes pour êtres sûr qu’ils ne manquent de rien en terme d’équipement. Lorsqu’on rencontre les joueurs lors de nos tournages, la plupart nous disent qu’ils distribuent les crampons inutilisés autour d’eux ou dans les centres de formation par exemple. Même si le haut niveau demande une exigence toute particulière pour ce qui est des crampons, bien souvent, les joueurs reçoivent plus de crampons qu’ils n’utilisent.

Pour Matthijs De Ligt c’est différent et c’est avec des joueurs de ce genre qu’adidas va pouvoir faire des économies ! En effet, depuis  huit mois (fin juillet pour être précis), le défenseur de la Juventus utilise exactement la même paire de crampons aux entrainements et au match. Un choix rare alors même que son équipementier pourrait parfaitement lui faire parvenir le même modèle dans une version neuve au fil des mois, mais le jeune néerlandais préfère quand à lui les réparer au fur et à mesure et donc continuer de porter exactement la même paire. Oui, vous qui avez déjà mis un bout de scotch autour de vos crampons pour que la semelle tienne encore jusqu’à la fin de la saison, vous n’êtes finalement pas si loin de ressembler à Matthijs De Ligt ! Alors que la paire s’use avec cette intense utilisation, le joueur la répare en utilisant un patch visible sur l’extérieur de la paire. Souvent noir lorsqu’il vient d’être mis en place, il vire ensuite de couleur pour devenir blanc et se fondre dans la masse de la paire de crampons.

Mais la question qui se pose c’est « pourquoi réparer sa propre paire alors même qu’il pourrait en avoir des neuves ? » . On le sait depuis bien longtemps, les footballeurs et les sportifs de manière plus générale sont de grands superstitieux. Dans différents domaines, les petites habitudes de confort ou de répétitions de scénarios sont le quotidien des sportifs. Dans le foot, on connait Benzema et Suarez qui portent un bandage alors même qu’ils ne sont aucunement blessé ou encore John Terry qui utilisait une paire de crampons à l’échauffement, une en première mi-temps et une en seconde mi-temps. Des superstitions autour des équipements dans le foot, ça ne manque pas ! Mais alors, conserver une paire pendant près de 8 mois, est-ce vraiment à cause d’une superstition ?

Pour répondre à cette question, le cas de Jack Grealish est probablement le plus intéressant. Rappelez-vous, lors de la montée d’Aston Villa en Premier League en 2019, le numéro 10 anglais s’était largement fait remarquer grâce à sa paire de Nike Hypervenom totalement détruite. À ses pieds, la couche supérieure se séparait même de la couche inférieure ! Intérrogé à l’époque, Grealish avait affirmé « Évidemment, quand je suis revenu de blessure, elles étaient neuves. Puis j’ai marqué quelques buts, délivré quelques passes décisives. Je me suis dit qu’elles me portaient chance alors j’ai continué à les porter.  » Une raison pour le moins passionnante mais qui ne fonctionne en revanche pas pour De Ligt puisque le néerlandais n’a été que très peu blessé depuis le début de sa carrière et réparait déjà sa paire avant d’être éloigné trois mois des terrains à cause d’une blessure à l’épaule.

Embed from Getty Images

Et si la raison était donc tout simplement le confort et les petites habitudes ? À l’image d’un Toni Kroos qui continue de porter le même modèle année après année et qui veut absolument nettoyer ses crampons lui-même pour continuer de voir du blanc sur ses crampons, utiliser la même paire chaque jour peut tout simplement être dû à un rituel instauré par De Ligt et qu’il continue de réaliser dans le but d’être dans une situation de confort. Après des débuts compliqués avec la Juventus, le défenseur a finalement trouvé sa place dans la charnière et retrouve le niveau qu’il avait lors de son éclosion. Reste à savoir ce qu’il adviendra lors que sa X18.1 blanc et jaune fluo lâchera totalement. En attendant, on devrait continuer de voir ce petit patch sur les flancs de la paire pendant quelques temps.

Crédits photos : Instagram @mdeligt_

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

David

Publié le 11 février 2021 à 21 h 17 min

Excellent boulot Thomas pour évoquer la routine des joueurs de foot ! Il est vrai que les joueurs ont leurs habitudes qui font que la journée et l’instant T du match va bien se dérouler ! Tout est bien résumé dans ton papier ! Impressionnantes cicatrices sur la cuisse de Matthis De Ligt venant d’un méchant coup de crampons : l’image qu’on ne souhaite plus voir sur les terrains : de l’intérêt d’utiliser de la meilleure des manières l’accroche des crampons de préférence sur la pelouse !!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok