Chaussures de foot

Artur Markowski : « Il faut s’attendre à voir davantage de joueurs offensifs porter des Predator »

Publié le 28/01/2022

Amelie Bunte, design directeur, et Artur Markowski, global senior product manager, sont revenus sur la création de la Predator Edge d’adidas. Un modèle sur lequel ils ont travaillé.

Chaussure de foot iconique d’adidas, la Predator a subi un petit lifting pour l’année 2022. Pour cette nouvelle déclinaison, la griffe allemande y apporte une nouveauté : le ZONE SKIN. Amelie Bunte, qui a supervisé le CMF (couleur, matériau, finition) de la Predator Edge et Artur Markowski, son chef de produit principal, nous explique les particularités de cette nouvelle technologie. Une invention conçue pour « marquer plus de buts ».

Le design de la Predator Edge ressemble à celui de la Predator LZ de 2012. Est-ce une volonté de la marque ou un pur hasard ? 

Amelie Bunte : la franchise Predator possède une longue histoire et bien sûr, nous y faisons parfois référence. Sur la Predator Edge, ce n’était pas notre intention de relancer la LZ. Nous avons analysé les retours des joueurs pour savoir quels étaient leurs besoins en terme de performance. Nous discutons avec beaucoup de footballeurs pour essayer d’améliorer le produit. 

Artur Markowski :  Nous étudions toujours le passé. Je pense que les deux Predator ont une approche et une conception très rationnelle par rapport à la Predator Mutator, qui était peut-être plus folle. Pour la Predator Edge, nous voulions une répartition plus homogène des nervures, ce qui a donné le ZONE SKIN.

« Avant, nous nous concentrions beaucoup sur nos données de laboratoire et sur nos tests internes »

Côté look, on remarque qu’il y a un souhait de la marque de revenir vers quelque chose de moins barré que la Predator Freak. Pourquoi ? 

Amelie Bunte : Nous aimons surprendre (rires).  

Artur Markowski : Je pense que c’est probablement la raison principale. Nous nous aurions pu devenir encore plus fous.

Sur l’ancienne version de la Predator, le col remontait très haut au niveau du talon et cela semble avoir posé quelques problèmes à un joueur comme Paul Pogba, qui a basculé sur la basse avec lacets. Est-ce que c’est pour ça qu’il y a eu du changement sur cette Predator ? 

Amelie Bunte : C’est exactement sur quoi nous nous sommes penchés pour la création de la Predator Edge. C’était l’un des éléments clés. Et c’est pourquoi le col est un peu plus bas. Elle a un design unique.  

Artur Markowski : Paul Pogba est un joueur important de la franchise Predator, mais ce changement s’est fait sur les nombreux retours que nous avons reçus. Les joueuses étaient l’une de nos préoccupations. Ce qu’elles nous ont rapporté, c’est la façon dont leurs pieds entrent dans la chaussure. Nous voulons que la Predator Edge conviennent aux plus de joueuses possibles. 

À l’image de la Predator LZ, est-ce que la Predator Edge a pour ambition de redevenir une chaussure visible aux pieds des attaquants ? 

Artur Markowski : Les Predator ont pour objectif d’améliorer le contrôle, elles peuvent être utilisées à n’importe quel poste. Vous verrez donc de nombreux footballeurs en porter. La technologie ZONE SKIN a été conçue pour marquer plus de buts. Je pense que c’est aussi un élément sur lequel nous nous concentrerons à l’avenir. Donc, oui, Il faut s’attendre à voir davantage de joueurs offensifs porter des Predator.

Apparu en 2020, le Demonskin est remplacé par la Zone Skin. Quelles différences il y a t’il entre ces deux technologies ? 

Artur Markowski : À chaque fois que nous changeons de technologie, nous gardons ce qui est bon et enlevons ce qui l‘est moins. Ici, la principale différence se trouve dans la géométrie du composé de caoutchouc. Avec le ZONE SKIN, nous passons des pointes individuelles à une conception plus linéaire . Il s’agit d’une répartition plus uniforme. Nous voulons nous assurer que pendant que vous dribblez, frappez ou passez le ballon, vous avez la même adhérence et la même rotation sur le ballon. Et c’est pour cela que le ZONE SKIN a été conçu. 

Comment avez-vous développé cette nouvelle technologie ? En combien de temps ? 

Amelie Bunte : En général, notre processus de création prend environ deux ans. Pour le ZONE SKIN, il a commencé la veille du confinement en Allemagne. Nous avons dû la concevoir depuis chez nous. Nous commençons d’abord par trouver des idées créatives en se penchant sur l’histoire de la Predator. Nous avons réussi à obtenir beaucoup plus de retours des joueurs. Avec la Covid-19, nous avons eu l’occasion de le faire virtuellement, ce qui était vraiment cool. 

Artur Markowski :  Avant, nous nous concentrions beaucoup sur nos données de laboratoire et sur nos tests internes. Maintenant, nous nous concentrons beaucoup plus sur la possibilité de parler aux joueurs et d’obtenir leurs retours sur ce qu’ils veulent réellement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par footpack. (@footpackfr)

Pour la présentation de cette paire, adidas centre sa communication autour des femmes. Est-ce que la marque s’est basée sur leur morphologie pour créer cette paire ? 

Amélie Bunte : Oui, c’est exactement ce que nous avons cherché à faire en fabriquant des chaussures qui s’adaptent à de nombreuses morphologies de pied. Nous avons étudié cela, d’où la présence du col un peu plus bas.

Est-ce que la marque projette de créer un modèle spécialement dédié aux femmes ? 

Artur Markowski :  Après les conversations que nous avons eues avec nos athlètes féminines, elles nous ont dit qu’elles voulaient faire partie du jeu et aucun modèle spécifique n’a été demandé.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok