Accessoires de foot

Thomas Bouvrande, uhlsport France : « Nous sommes en pleine phase de renouvellement »

Publié le 24/10/2020

Après avoir décortiqué les différentes paires de gants des gardiens de Ligue 1, il est temps d'aller au plus près des marques. On commence cette mini-série par le leader du contrat sponsoring en France... uhlsport !

Plus qu’une infographie, cette année footpack a décidé d’aller encore plus loin et d’aller directement au contact des marques pour avoir leur analyse. De 2019 à 2020, les contrats augmentent ou baissent et des plus petites marques pointent le bout de leur nez dans leur marché très fermé des gardiens de but. Pour ce faire nous sommes partis à la rencontre de Thomas Bouvrande, directeur général d’uhlsport France.

mike-maignan-uhlsport-footpack

Cette année encore, uhlsport reste la marque numéro 1 en Ligue 1, mais perd 10% de part de voix. Comment expliquer cela ?

Tout d’abord, la visibilité de la marque au plus haut niveau n’a rien à voir avec la part de marché en gants de gardien de but. Nous avons progressé + de 12% par rapport à l’année dernière en termes de ventes. Si on parle de visibilité, on peut dire que nous avons moins de gardiens en L1, c’est un fait. Mais au final on parle de 4-5 gardiens. Pas plus. […] Mais ce que ne montre pas forcément l’infographie, ce sont tous les contrats (plus d’une dizaine) que nous avons signé avec la nouvelle génération de gardiens née entre 2000 et 2004 et qui seront les gardiens de demain. Certains pointent leur nez le L1 comme Étienne Green à l’ASSE. Nous sommes en pleine phase de renouvellement.

Pour équiper les 59 gardiens de L1, ce sont près de 15 marques qui ont été recencées, contre 8 l’an dernier. Comment voyez-vous l’arrivée de ces nombreux concurrents ?

C’est quelque chose que nous surveillons avec beaucoup d’attention, mais sans non plus paniquer. Sponsoriser un gardien pro, c’est relativement facile. Il y a beaucoup de marques qui voient le jour, car il est devenu « facile » de trouver un fabricant et de lancer quelques produits. C’est sur le long terme que l’on verra si les marques qui se lancent aujourd’hui seront toujours viables économiquement. Les grandes marques généralistes comme adidas ou Puma ont toujours été plus ou moins présentes sur le marché des gants, Reusch également. Pour les autres, ça va être compliqué de survivre sans une distribution structurée et sans retour sur investissement. Et sans dénigrer qui que ce soit, ce n’est pas avec deux ou trois numéros 3 que l’on peut raconter une histoire sur le long terme. […]

« Nous sommes en très bons termes avec Steve Mandanda et nous lui avons même dit que l’offre de Puma (gants et chaussures) n’était pas refusable. A 35 ans, il a fait le bon choix »

Est-ce que le fait de n’être qu’une marque de gants est un handicap dans la gestion des contrats de joueurs ?

Bonne question. Il n’y a pas de règle. Pour certains gardiens, la profondeur de l’offre que nous pouvons apporter, les innovations techniques, la possibilité de faire du sur mesure est un vrai atout. Pour d’autres, notamment quand il y a un deal financier avec la chaussure, le choix est délicat entre la technologie et … le montant du chèque. Nous avons beaucoup de gardiens qui considèrent plus important d’être bien dans leurs performances et qui ne s’attardent pas ou peu sur le financier.

C’est le cas de Steve Mandanda ?

Pour Steve Mandanda, il a été un fidèle de la marque pendant des années. Nous sommes en très bons termes et nous lui avons même dit que l’offre de Puma (gants  + chaussure) n’était pas refusable. A 35 ans, il a fait le bon choix. (Pour rappel Steve Mandanda a rejoint Puma cet été)

Pourquoi est-ce plus difficile d’exister en Angleterre, en Italie et en Espagne ?

Tout simplement parce que la distribution de la marque dans ces pays a été pendant longtemps faite par des distributeurs et non pas par une filiale. L’encrage local est important. Être au contact des gardiens, c’est un travail quotidien qui doit être fait en direct par la marque. Avec l’arrivée d’Édouard Mendy à Chelsea, j’espère que ça va changer un peu les choses en Angleterre.

benjamin-lecomte-uhlsport-footpack

Comment la pandémie a impacté uhlsport d’un point de vue commercial et marketing ?

Nous ne faisons pas exception. Tout le monde est impacté. Nous le sommes surtout dans la partie Teamsport, car les clubs amateurs ont vu leur budget se réduire et le nombre de licenciés est en baisse. Nous adaptons nos dépenses et nous avons aussi renégocié pas mal de contrats en privilégiant le dialogue plutôt que la rupture. La plupart de nos partenaires ont fait un effort. Les gardiens ont particulièrement bien joué le jeu preuve de la relation forte que nous avons avec eux depuis des années.

Peut-on s’attendre à des surprises avant l’Euro ?

Il y aura un tout nouveau gant pour l’Euro qui sortira en Mai/Juin 2021. Il sera porté par nos gardiens pour l’Euro et pour la reprise du championnat. Nous avons aussi complètement revu notre programme de lancements en faisant plus d’introduction au fil de la saison quand nous avions tendance à faire un gros lancement de toutes les nouveautés sur l’automne-hiver. Il y aura une nouvelle gamme Aquasoft et aussi une nouvelle gamme Resist … ainsi que quelques surprises comme celle qui devrait être vue du côté de Lille dans les prochains jours…

Articles similaires

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok