Chaussures de foot

La mode des chaussures vintage, faut-il commencer à garder les dernières nouveautés ?

Publié le 14/07/2020

Depuis plusieurs années, la mode des chaussures vintage ne cesse de prendre de l'ampleur. Mais alors faut-il commencer à garder les chaussures de foot modernes ?

Plus qu’un effet de mode, les chaussures vintage reviennent en force sur les dernières années et ce n’est pas notre rubrique « Les chaussures de la semaine »qui nous prouvera le contraire. Chaque joueur de foot qui s’intéresse de près ou de loin aux équipements a certainement dû se dire : « Mais pourquoi je n’ai pas gardé mes anciennes paires ? ». La question peut se poser quand on voit aujourd’hui les prix proposés pour des paires vintage. Mais alors, est-ce que les chaussures de foot d’aujourd’hui se vendront à prix d’or demain ?

adidas-F50-adizero-battle-pack-coupe-du-monde-2014-footpack-8

L’ascension des sites spécialisés

Depuis quelques années maintenant, des sites spécialisés ont vu le jour afin de couvrir une demande croissante des consommateurs. On notera principalement que les sites rareboots4u.com ou bwbootsuk.co.uk ne cessent de proposer d’anciens modèles et ils sont même plébiscités par des joueurs professionnels pour retrouver d’anciennes paire. Dans cette liste de joueurs, on ne retrouve pas n’importe qui puisque les clients sont notamment Wayne Rooney ou Ivan Rakitic.

Pourquoi cette mode ? 

À l’heure où les marques ne cessent de se battre pour produire des chaussures de plus en plus performantes, la question peut se poser. Pourquoi la demande des chaussures vintage subit-elle une forte croissance ? Plus de confort ou des souvenirs indélébiles peuvent par exemple expliquer ce retour en arrière brutal des consommateurs. Qui n’aimerait pas rejouer une fois avec sa première paire de Mercurial ou sa première paire de Predator ?  Notre mémoire nous ramène forcément à ces longs tournois sur un ou plusieurs jours, où l’équipe n’était qu’une bande de copains et où ça sentait bon la merguez sur le terrain. Que de regrets en repensant à vos paires usées jetées à la poubelle ou données au petit cousin qui commençait le foot. Mais alors que les souvenirs restent, il est désormais difficile et onéreux de retrouver sa paire de crampons fétiches. Nombreux sont donc les consommateurs à se tourner vers les sites spécialisés. Mais pour ne pas refaire les mêmes erreurs, certains pensent également à consommer davantage et pourquoi pas à revendre leur paire dans quelques années, en espérant que celle-ci vont prendre de la valeur.

nike-total-90-laser-se-3-reedition-5

Faut-il garder les crampons d’aujourd’hui ? 

Dans un premier temps, il est important de souligner qu’auparavant les marques ne produisaient pas en aussi grandes quantités les chaussures de foot. Une paire d’adidas Predator de 1994 ne sortait pas en million d’exemplaires comme celles d’aujourd’hui qui se vendent dans le monde entier. Mais il est également logique de rappeler que le football et notamment le marché des équipements que l’on connaît actuellement ne générait pas autant de millions d’euros. Plus il y a de consommateurs, plus les marques produisent en nombre et c’est sur ce point que la différence est importante.

Difficile donc d’imaginer des paires actuelles prendre de la valeur tant celle-ci son produites en nombre et facilement trouvables sur des centaines de sites. Même les plus grandes marques surfent sur cette mode à l’instar de Nike qui a sorti il y a quelques mois une édition limitée de son ancienne Total 90, ou d’adidas qui reproduit depuis plusieurs années des modèles historiques comme la mythique F50 tunit ou la Predator. Certaines rééditions limitées peuvent éventuellement voir leur prix augmenter, mais il faudra avoir les reins solides pour se permettre d’acheter plusieurs paires, car là aussi les marques ont tout prévu et vendent ces modèles plus rares jusqu’à 30 % plus cher que les modèles ordinaires. Au final, est-ce que ce n’est pas aux marques que la mode des chaussures vintage rapporte le plus ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

David

Publié le 14 juillet 2020 à 20 h 11 min

J’ai lu tes articles précédents et bravo à toi Loris !
Effectivement, le fait que les équipementiers produisent en nombre fait dire que les paires de chaussures peuvent ou vont perdre de la valeur au fil du temps. Certes tu as raison…….
D’où pour prendre de la valeur (sentimentale : exploit d’avoir un autographe sur la chaussure ou la paire) peut apporter un plus à celle-ci et donc devenir un paire « culte, vintage, souvenir » du fait d’avoir réussi à faire apporter le dit autographe de sa star préférée du ballon rond ! N’est-ce pas ?
On peut donc la garer « comme un trophée » enfin je pense…..
Et là aussi tout est question de marketing quand à la solution du prix qui devient de plus en plus onéreux selon les équipementiers…… plus les paires sont produites en nombre plus c’est onéreux… des fois c’est l’inverse……
Victor qui est souhaite devenir un collectionneur de paires « vintage » de foot pense comme toi et/ou nous (fans) : on peut commencer à prendre soin de ses anciennes paires dés lors que l’on sait qu’une saison de foot se termine et faire le nécessaire pour la conserver intact…. N’est-ce pas Victor ?
C’est en fait avoir l’idée au bon moment pour le faire….. Qu’est ce que tu en penses ? Et effectivement – la mode « Vintage » peut être un vecteur important de merchandising pour rapporter un maximum financièrement c’est évident…..
Sportivement,
David

CHRISTOPHE PINET

Publié le 17 juillet 2020 à 16 h 14 min

Bonjour, collectionneur depuis 25 ans de crampons de football et créateur de la marque Milémil, je serai heureux de vous présenter ma collection de Adidas Predator, Puma, Le Coq Sportif, Huga(ria), Rivat, Duarig et autres… pour un reportage pour votre site. N’hésitez pas à me contacter 😉 Mes amitiés à Germain

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok