Interview

Interview Morgan Sanson (OM) : « Je n’ai plus de douleur à cause de mes chaussures »

Publié le 24/10/2018

Auteur d’un gros début de saison dans l’entrejeu marseillais, le milieu de terrain Morgan Sanson nous a accordé une interview à quelques jours du Classico OM – PSG. Pour Footpack, il nous parle de sa saison, de ses ambitions mais aussi de chaussures de foot et d’équipements !

Morgan, tu effectues un très gros début de saison avec l’OM et ton volume de jeu semble s’être étoffé. Comment juges-tu tes premiers matchs ? 

Je le juge plutôt bon ! Dans l’ensemble je suis satisfait de mes prestations depuis le début de saison, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Je pense que j’ai gagné en régularité et en agressivité ce qui m’a permis de m’installer et d’enchaîner les matchs dans le milieu de terrain.

J’ai aussi pu faire une grosse préparation physique à l’intersaison avec notamment la reprise de la musculation du haut du corps, chose que je ne pouvais plus faire à cause d’une douleur à l’épaule.

Plus personnellement, avec ta signature chez ton nouvel équipementier Puma, ils t’associent à un « New Maestro », est ce que c’est quelque chose que tu revendiques, d’être au cœur du jeu et d’être leader technique ? 

C’est vrai que ça me correspond bien. J’aime toucher le ballon, être actif sur le terrain. En tant que milieu de terrain, je dois être influent, être dans le bon tempo, donc c’est vrai qu’il y a des similitudes avec le côté Maestro !

Après, bien que je sois encore jeune (24 ans), je garde aussi en tête cette volonté de m’affirmer toujours plus sur le terrain.

Ta vision et ton volume de jeu sont de gros points forts chez toi. Quels sont tes axes d’amélioration dans ton jeu selon toi ? 

Je n’ai pas en tête un axe ou plusieurs axes précis d’amélioration. Je travaille vraiment tous les domaines du jeu, que ce soit offensif ou défensif, avec ou sans ballon.

C’est un ensemble de choses que j’essaye d’améliorer quotidiennement à l’entraînement pour étoffer mon jeu.

Est-ce que tu as des joueurs modèles, des inspirations lorsque tu étais plus jeune ? 

Je dirais Iniesta et Modrić. Iniesta, cela fait des années que je regarde ses matchs et que j’essaye de m’inspirer de son jeu. Depuis qu’il a signé au Japon, c’est un peu plus dur pour voir ses matchs mais c’est un vrai modèle pour moi. Les deux ont vraiment des qualités et une vision du jeu exceptionnelles donc je n’hésite pas dès que je le peux à regarder leurs matchs. Chez moi, je regarde beaucoup de foot à la télévision, et souvent le Real Madrid pour voir jouer Modrić.

On va parler de tes chaussures maintenant. Tu n’as pas changé de club mais d’équipementier à l’intersaison puisque tu es passé de Nike à Puma. Comment s’est fait ton choix de passer chez Puma ? 

Le critère numéro 1 a été la chaussure. Après l’avoir essayé, j’ai vraiment été convaincu par la Puma One qui dispose d’un talon très souple et d’un bon maintien du pied. En fait j’ai eu pendant très longtemps un problème au talon déclenché alors que je jouais en Nike Tiempo et c’est pour cela que j’attache de l’importance au confort au niveau du talon. J’ai par la suite basculé sur la Magista version basse mais le problème n’a jamais vraiment disparu. Depuis le début de saison avec la One, je ne ressens plus cette douleur ce qui est un gros point positif pour moi. Au-delà de tous les aspects marketing que j’aime chez Puma, ils m’ont surtout convaincu par le produit qui est essentiel à mes yeux en tant que joueur professionnel.

Tu as joué pendant des années en Magista et tu as opté pour la Puma One de chez Puma. Quelles sont les critères qui t’ont fait pencher pour ce modèle ? 

Tout d’abord c’est une chaussure en cuir, indispensable pour moi. Je suis plutôt adepte des modèles « classiques » au sens noble du terme. J’aime bien les vraies languettes, les lacets, le toucher et le maintien du cuir et, comme je vous le disais précédemment, les talons souples. C’est donc assez naturellement que j’ai opté pour ce modèle.

Avec Adil Rami, vous êtes tous les deux à jouer en Puma à l’OM. Est-ce que dans les vestiaires vous parlez de chaussures de foot ou plus généralement d’équipements (en bien ou en mal) ou pas du tout ? 

Ah oui on en parle (rires) ! En fait, on ouvre tous nos colis dans les vestiaires donc forcément ça parle beaucoup. Dès qu’il y en a un qui reçoit un nouveau modèle, un nouveau coloris, ça échange, ça discute, ça compare… On échange beaucoup avec Adil sur le sujet car on porte le même modèle.

On parle aussi beaucoup de nos relations avec les marques et c’est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai choisi Puma. Que ce soit avec Adil ou mon frère Killian (lui aussi en partenariat avec Puma et qui joue au Montpellier Hérault SC), j’ai pas mal discuté avec eux avant de signer et ils m’ont conforté dans ce choix. On est bien accompagné que ce soit au niveau sportif mais aussi sur toute la partie communication qui est vraiment très personnalisée.

Est-ce que tu étais plus jeune consommateur de chaussures de foot ? Est-ce que tu attachais de l’importance à ton choix de chaussures ?

Oui clairement ! J’ai toujours attaché beaucoup d’importance au choix de mes paires de chaussures. Mes critères de choix n’ont en fait jamais varié : toujours le confort avec du cuir. Après j’essayais si les coloris le permettaient d’associer autant que possible les chaussures avec les couleurs de mon club. Mais oui, depuis tout petit, je ne choisis jamais mes chaussures au hasard ou en fonction de tel ou tel joueur.

A quelle fréquence changes-tu de paire de chaussures de foot ? 

Cette saison je tourne à environ une paire de chaussures par mois, depuis que je n’ai plus de douleur au talon. Mais la saison passée, je n’ai utilisé que deux paires durant toute la saison. J’étais obligé de jouer énormément avec pour que le talon soit usé afin que je me sente mieux malgré ma douleur. La paire était bien usée en fin de saison mais c’était la seule solution que j’avais pour me sentir à peu près à l’aise.

Après j’ai quelques petits secrets pour l’entretien de mes chaussures notamment avant les matchs. L’intendant les connaît (sourire). Je n’aime vraiment pas que mes chaussures soient humides avant de jouer. Je préfère qu’elles soient bien sèches et rigides pour pouvoir bien les serrer.

On a cru voir que tu découpais tes chaussettes de club pour utiliser des chaussettes dites « performance » ? Pourquoi et quel modèle utilises-tu ? 

Alors c’est assez simple. Les chaussettes que l’on a en match sont trop épaisses au niveau du pied pour moi. Comme ça se fait beaucoup maintenant, je découpe la partie basse de ces chaussettes et je mets à la place des chaussettes Puma toutes simples blanches. Ce ne sont même pas des chaussettes techniques. Elles sont plus fines et je ne glisse pas dans mes chaussures, donc ça me convient bien !

Crédit Photo : OM.net

Est-ce que tu te rappelles de ta première paire de chaussures de foot ? 

Bien sûr, c’étaient des crampons UMBRO ! Je devais avoir 6 ans, elles étaient toutes noires avec le logo UMBRO blanc sur le côté. Je jouais à l’époque dans un petit club de Bouges, le Gazélec.

Est-ce que tu gardes certaines paires de chaussures ? Si oui, est-ce qu’elles sont liées à un moment important de ta carrière (Finale Europa League…) ?

Pour l’instant je n’en ai pas gardé mais je me dis que je pourrais commencer à le faire ! Jusqu’à présent, je ne garde que des maillots que j’échange parfois avec d’autres joueurs. Je pense que j’en ai plus de 100 chez moi en tout.

Et pour finir. C’est une tradition sur Footpack. Peux-tu me donner ton top 3 des chaussures que tu as portées ? 

En 1 je dirais l’adiPURE d’adidas. Je devais avoir 15 ans quand je jouais avec (à Bourges). Je me sentais vraiment bien dedans : c’était une paire en cuir et avec un design assez simple. En 2, la Nike CTR 360 Maestri quand j’avais 16-17 ans au Mans. Et en 3, je dirais la Puma One que je porte aujourd’hui. Elle a le potentiel pour monter très vite dans ce classement car ça fait vraiment longtemps que je ne suis pas senti aussi bien dans une paire de crampons !

Merci beaucoup à Morgan Sanson pour sa disponibilité et sa gentillesse lors de cet entretien. On fera donc le point dans quelques années pour savoir si la Puma One est passée première dans son classement ou pas !

Pour tenter de remporter le maillot dédicacé de Morgan Sanson,
rendez-vous sur notre compte Instagram !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Matthis

Publié le 24 octobre 2018 à 22 h 03 min

J’ai bien fait d’acheter ce modèle (en Puma One 1.2 en revanche) ! J’avais aussi ce problème, une douleur surtout au centre du pied (coup de pied c’est ça ?). Ce silo est excellent et le toucher de balle n’est pas comparable avec mes anciennes Ace 17.3… De plus le coloris Illuminate contraste avec les couleurs de mon club (rouge et noir) et j’aime bien ! 😀

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok