Chaussures

Jean-Luc Guer (Wizwedge) : « les chaussures de foot sont très en retard par rapport à l’intensité et à l’engagement du jeu actuel »

Publié le 02/04/2019

Bientôt trois ans après notre interview de Jean-Luc Guer au sujet du lancement de la marque Wizwedge, celui qui est également podologue à l'Olympique de Marseille a profité de la tribune de l'After Foot sur RMC pour évoquer le sujet des chaussures de football actuelles. Une intervention passionnante à l'image du personnage.

Il y a des personnages comme ça qui fascinent et qui sont de véritables puits de sciences. C’est le cas de Jean-Luc Guer, podologue au sein de l’Olympique de Marseille depuis 19 ans, spécialiste en biomécanique et fondateur de la marque Wizwedge dont nous vous avons déjà parlé sur Footpack.fr. Trois ans après notre interview et le lancement officiellement de cette marque de chaussures pas comme les autres, Jean-Luc Guer a été reçu il y a quelques jours au sein de l’émission l’After Foot sur RMC et s’est notamment exprimé sur le marché actuel des chaussures de football, sur la nocivité de certaines chaussures et les solutions pour y remédier.

Véritable spécialiste du corps humain et plus particulièrement des pieds, le podologue de formation a notamment insisté sur l’absence d’évolutions technologique majeures des chaussures de foot en terme de confort et d’amorti : « La chaussure du footballeur n’a que très peu évolué depuis 30 ans, on est juste passé de chaussures en cuir noir et blanche à des chaussures en polyuréthane jaune et à des produits orientés vers l’illusoire chaussure légère. Mais au niveau fonctionnel la chaussure est restée la même, or les besoins dans le football ont considérablement augmenté. Plus de puissance, plus de vitesse, plus d’engagement  » . Sur l’aspect plat de la chaussure de football, Jean-Luc Guer poursuit : « Les chaussures sont toujours aussi extra plates au niveau de la semelle et la chaussure de foot est délétère à cause de cet aspect plat. Un footballeur amateur qui court sur 2/3 entrainements par semaine plus un match le week-end, fait une quarantaine de kimonètres par semaine,  c’est 40Km effectués avec des espadrilles ! Qui le ferait aujourd’hui dans un marathon ? Courir avec des chaussures totalement obsolètes ? (…) Dès que la chaussure est plane, on perd en retour, en amorti, en élasticité, en inhibition des vibrations, en protections  » .

« La chaussure est un outil de travail, c’est le seul outil de travail. »

Pour aller plus loin dans sa pensée, le podologue de l’OM ajoute que « les premières raisons de consultations en médecine du sport aujourd’hui (80%) sont les pathologies sur la chaine musculaire postérieure (ischio, mollet). Ce n’est pas trop inquiétant puisqu’on sait très bien traiter les conséquences, mais le souci c’est de traiter les causes puisque les récidives sont données souvent à 66% pour cette même chaine postérieure » (…) « Les chaussures au niveau structurelles n’ont fondamentalement pas changé, elles sont toujours aussi très en retard par rapport à l’intensité et à l’engagement du jeu » . (…) « Il y a deux types de blessures. Il y a la blessure traumatique, on prend un mauvais coup, un tacle, une béquille, mais dans tout ce qui est fonctionnel, la chaussures, les appuis, la posture vont obligatoirement être élémentaire dans la complémentarité des soins pour ne pas être négligés « . Citant par exemple l’exemple de Neymar et de sa blessure au métatarse, Jean-Luc Guer explique « il doit être entouré de professionnels et un staff médical brillant obligatoirement, mais je pense qu’ils ont dû sincèrement apprécier ses appuis, sa posture et son chaussage (…) traiter les conséquences c’est très bien, mais traiter la récidive et la chronicité c’est autre chose, on doit avoir vraiment le souci du détail, le chaussage c’est vraiment fondamental et élémentaire » (…) « quand on a un professionnel comme Neymar dans son groupe, on a forcément le souci du détail et là le détail c’est le chaussage aussi » .

interview-chaussure-football-wizwedge-marseille-2016-3

Toujours sur le sujet des blessures dans le football, le fondateur de Wizwedge précise « on soigne mais on ne prend pas la base du problème qui peut se situer sur la posture, les appuis et le chaussage » (…) « On voit des crampons triangulaires, hexagonaux, c’est une hérésie totale, comment ça peut être possible? Auparavant, quand on se faisait les croisés sur un genou, on se les faisait rarement seul, c’était dans un contact, dans un choc. Aujourd’hui, ce sont des réceptions au sol. 4 fois sur 5, les lésions ligamentaires du genou se font seul. Le chaussage est encore l’un des facteurs élémentaires à ne pas négliger » (…) « On se rend compte que les chaussures qui sont légères sont plus délétères que des chaussures trop lourdes parce que on perd en stabilité, au niveau proprioceptif, en consommation d’énergie, en dispersion des vibrations et on ne va pas plus vite » .

chaussures-football-wizwedge-elite-one-img1-1024x683

Mais outre son travail de podologue et son statut de spécialiste en biomécanique, Jean-Luc Guer est aussi le créateur de la société Wizwedge et à l’origine des chaussures de football de la marque que porte par exemple Romain Alessandrini. Développée avec comme idée directrice de trouver une chaussure qui au niveau structural serait la plus profitable possible, la chaussure de football Wizwedge a été créée avec un drop amovible que l’on peut moduler selon le poids du sportif puisqu’un jeune de 60kg n’a pas les mêmes besoins qu’un adulte de 90Kg. Grâce à ce drop (dénivelé entre l’arrière et l’avant), ce sont « des tonnes et des tonnes de tractions en moins sur la chaine postérieure. Rien que ça sur une heure et demi de match, c’est 30% de fatigue en moins. La particularité par rapport à une chaussure traditionnelle, en moyenne on a 80% d’actions anti-vibratoire en plus sur les muscles et les tendons et 40% de contraintes en moins sur les tissus osseux » précise Jean-Luc Guer.

romain-alessandrini-chaussures-football-wizwedge

De quoi attiser la convoitise des grands manufacturiers actuels du football ? « Depuis ces 6-8 derniers mois, on a des contacts très rapprochés avec des grandes marques qui viennent nous rencontrer pour essayer de comprendre un peu ce qu’est ce produit » Et si nous allions vers une révolution de la chaussure de football dans les prochaines années ?

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bgej

Publié le 2 avril 2019 à 15 h 06 min

Bonjour,
avez-vous essayé la chaussure chez Footpack ? Si oui, pouvez-vous nous dire qu’elles sont les innovations à part la rehausse du talon qui existe chez Asics depuis plus de 10 ans ? J’imagine que c’est un tout : talon, crampons coniques, stabilité… Avez-vous vu un vrai gain en confort, protection etc…?

Thomas Prouteau

Publié le 3 avril 2019 à 9 h 38 min

Bonjour,

Effectivement, nous avons déjà eu l’occasion de tester les modèles Wizwedge par le passé

https://www.footpack.fr/82871-test-wizwedge-elite-one

asar

Publié le 5 avril 2019 à 13 h 11 min

Bonjour,
Effectivement, je suis d’accord avec BGEJ sur ce point. Asics a développé cette « talonnette » depuis un moment déjà (hg10) mais la diffusion des produits Asics en foot (sur le vieux continent) sont inexistantes car Asics ne fait pas de marketting avec des joueurs Pro du circuit euro. Actuellement par exemple, la Asics menace 3 est intouchable (même sur le Web) et c’est vraiment dommage, car le produit semnle avoir un grand succès en océanie, Asie du Sud Est et Japon. Vous avez fait ou vous ferez l’essai de ce modèle?

Thomas Prouteau

Publié le 5 avril 2019 à 16 h 07 min

Le test de ce modèle n’est pas à l’ordre du jour pour le moment non …

Découvrez aussi...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok