Chaussures de foot

Yann Bodiger : « Quand je jouais en Liga à Cadiz, 75% du vestiaire n’était pas sponsorisé »

Publié le 21/10/2021

Outil de travail pour n'importe quel footballeur, la chaussure de foot est aussi une passion pour certains. footpack part à la rencontre de ces joueurs qui chérissent leurs crampons et on commence avec l'ancien toulousain Yann Bodiger.

Héros du peuple toulousain un soir de mai 2016, joueur de l’équipe de France U20 et Espoirs, Yann Bodiger évolue aujourd’hui du côté de Carthagène, en deuxième division espagnole. Également passé par la Liga avec le club de Cadiz, le milieu défensif de 26 ans y côtoie notamment Jérôme Prior, ancien joueur de Valenciennes.

Alors que le club va vivre une semaine à trois matchs et après un petit passage chez le coiffeur, Yann Bodiger s’est prêté au jeu des questions de footpack. L’occasion d’en savoir plus sur ce footballeur qui ne quitte plus sa paire de crampons fétiche, la Nike Magista.  

Depuis des années, tu es fidèle à la Magista de Nike. Pourquoi une telle passion sur cette paire ? 

Pas spécialement sur cette paire, mais j’ai du mal avec les nouvelles gammes de crampons. Ce sont vraiment des matières fines, c’est presque des chaussettes. Par contre, la nouvelle Tiempo Legend 9, j’ai vu qu’elle était un peu plus consistante et que ça faisait plus chaussure quand même, donc à voir. Mais aujourd’hui je n’ai pas de sponsor, je dois m’acheter mes crampons, donc quitte à m’acheter une paire, autant prendre une où je sais que je suis bien dedans et qui me plait non ?

Tu parlais de la nouvelle Tiempo. Une paire qui possède des airs de CTR notamment. Est-ce que c’est quelque chose qui pourrait te correspondre aussi ? 

Je suis très fan aussi de la CTR. D’ailleurs, si je devais choisir entre la CTR et la Magista, je pense que je choisirais la CTR ! Mais comme c’est un modèle plus ancien, c’est aussi plus difficile à trouver. Il faudrait peut-être que j’essaye la nouvelle Tiempo, je les ai déjà essayé mais il y quand même ce truc, je suis très à l’ancienne sur les crampons. C’est rien hein, mais sur le dessus c’est quand même une chaussette c’est attaché, c’est pas une languette classique donc je sais pas… En fait, je me dis que tant que je peux être avec les Magista, que je peux en trouver, je vais rester avec la Magista.
.

Nike Magista Opus

Nike Magista Opus 2

Aujourd’hui tu n’es pas sous contrat avec avec un équipementier. Tu l’étais par le passé ? 

J’ai fais quatre ans avec Nike. Une époque où la Magista existait déjà. Je jouais donc avec et quand elle a été arrêtée, j’ai basculé sur la Tiempo. Mais au niveau du talon c’était assez difficile pour moi, ça ne convenait pas. J’ai même essayé la nouvelle gamme Phantom. Ensuite le contrat avec Nike s’est terminé, j’ai trouvé des Magista. Au début j’ai même retrouvé des anciennes Magista à moi, mais à force de les porter pendant presque deux ans elles se sont usées et ensuite j’ai réussi à en trouver sur des sites internet. 

Après, ils ont pas toujours ma pointure et c’est vrai que je leur demande assez souvent parce que je ne veux pas être à court de crampons non plus. C’est notre outil de travail, on les utilise tous les jours et ça s’use vraiment rapidement. 

« Quand j’étais sous contrat, tous les deux mois il y avait un nouveau coloris qui arrivait. Limite on était plein à garder les paires du coloris précédent parce qu’on était bien dedans, on venait juste de les faire. C’était incroyable »

C’est quoi le regard de tes coéquipiers sur tes crampons ?

Ça tombe bien parce que cette semaine j’avais une paire de Magista verte/bleue avec le logo Nike en jaune fluo et elles se sont cassées ! Donc j’ai repris des rouges qui étaient disponibles sur internet mais entre les deux, j’en avais une autre déjà, une paire de grise. Et quand je les ai sorti, tout le monde m’a dit « mais tu as une panoplie de Magista c’est incroyable » . Tout ceux qui l’ont utilisé me disent « c’est la meilleure paire de crampons que j’ai porté » . 

Ils avaient fait vraiment fort avec cette paire ! C’était pas totalement du cuir, c’était presque du simili-cuir (cuir synthétique Kanga-lite pour être exact). Ça se relâche mais pas non plus comme du cuir où tu peux gagner jusqu’à une taille au fur et à mesure. C’est vraiment confort, même pour ceux qui aiment avoir des crampons légers. Et l’autre avantage c’est que ce sont des crampons ronds qui sont présents.

Est-ce que tu fais plus attention à tes crampons aujourd’hui par rapport à la période où tu étais sponsorisé ? 

C’est pas que tu fais attention ou pas en fait. Le truc c’est que quand tu es sous contrat, chaque coloris qui sort tu le reçois. Donc au final tu n’as même pas eu le temps d’user la paire qu’il y a déjà des nouvelles qui arrivent. Et encore aujourd’hui ils en sortent beaucoup moins qu’avant. Quand j’étais sous contrat, tous les deux mois il y avait un nouveau coloris qui arrivait. Limite on était plein à garder les paires du coloris précédent parce qu’on était bien dedans, on venait juste de les faire. C’était incroyable.

C’est quoi la qualité première pour une bonne paire de chaussure ?

Le confort. Largement avant tout le reste. 

Si tu devais donner ton Top 3 des chaussures de foot ? 

En numéro un, je dirais la CTR. Et j’irais même plus loin, la CTR Maestri II avec le coloris blanc, jaune et noir. Elle était incroyable.

En deuxième, je mettrais la Magista que je porte actuellement, la Opus 2.

Et ensuite je met la Tiempo Legend V. Je me rappelle, elle était orange et blanche et la languette, elle était gris métal. Elle était vraiment folle elle.
.

Nike CTR Maestri II 

Et quelle est la première paire de crampons dont tu te rappelles ?

La Total 90 avec le 90€ à l’intérieur ! Après je ne pense pas que ce soit la première que j’ai eu quand j’étais tout petit, j’ai dû avoir des Umbro ou quelque chose comme ça. Mais c’est celle-ci dont je me rappelle, à l’époque où je commençais à toucher un peu le ballon et savoir ce que je faisais. Gris métal avec le point en rouge et le 90 au milieu. Elle était mythique. Tout le monde s’en rappelle de cette paire. C’est encore plus fort que la Magista ou les autres !

Tu as toujours été Nike ?

Non, non adidas aussi. La adipure c’était quelque chose aussi …. (il réfléchit). D’ailleurs, je la mettrais limite juste en dessous de mon Top 3. Quatrième, mais un quatrième qui frappe à la porte du troisième. Et sinon la Copa Mundial franchement ! Quand je suis rentré au centre de formation de Toulouse, ils nous conseillaient de prendre la Copa Mundial. En plus, Jul l’a porté mercredi ! (rires).

« Le seul à qui j’ai demandé un maillot, et encore c’était pour un ami, c’était Benzema. Et j’ai réussi à l’avoir »

On en parlait un petit peu tout à l’heure, mais est-ce que tu constates une évolution franche autour des chaussures de de foot ? 

Au niveau du matériel, bien sûr il y a des différences. Pour moi c’est pas forcément mieux mais après c’est une vision des choses parce que je privilégie beaucoup le confort. Enfin, c’est pas que c’est pas assez confortable, c’est que c’est pas assez consistant. Ce sont des chaussures très légères, des matériaux très fin. De ce que j’ai essayé, de l’expérience que j’ai avec ces chaussures-là, des nouvelles chaussures que j’ai pu tester, c’est pas trop ma tasse de thé. 

Et dans la communication des marques ? 

Je pense que l’évolution ce n’est pas la chaussure en elle-même, mais je pense que c’est l’évolution de la société et la chaussure a simplement suivi ça. Si tu regardes avant avec le Joga Bonito par exemple, il y avait autant de pub, sauf qu’il n’y avait pas Instagram et les autres réseaux qui donnent encore une autre portée à ça. Il y a de la vente de produits n’importe où aujourd’hui. Tu vas faire à manger, tu vas écouter Spotify, il va avoir y avoir une pub, ça va être de la vente de produits. Quand j’étais petit, j’avais que Youtube et je regardais les publicités Joga Bonito et sans m’en rendre compte c’était de la publicité derrière ça. 

Mais c’est vrai que c’est devenu incroyable aujourd’hui. J’ai vu passer l’info chez vous mais quand tu vois qu’il va peut-être y avoir un énorme contrat pour Erling Haaland, c’est fou mais c’est parce que toute la société a fait que ça génère encore plus d’argent et ils peuvent forcément se permettre de faire plus de choses. 

Tu trouves que ça va trop loin aujourd’hui ? 

Attention, je trouve qu’ils ont calmé aussi les équipementiers, il y a beaucoup moins de contrat qu’avant, on est beaucoup moins sponsorisé. Nike de toute façon, je ne sais pas s’il y a un rapport mais dès qu’ils ont pris la NBA il y a trois-quatre ans, ils ont centralisé le truc sur des joueurs. Là aujourd’hui je suis en deuxième division, mais même quand j’étais à Cadiz en première division, 75% du vestiaire n’était pas sponsorisé ! Et dans les joueurs sous contrat, il n’y avait pas un Nike, c’était adidas, PUMA ou les marques locales comme Joma.

Rien à voir, mais tu coupes tes chaussettes de foot toi ?  

Ah non ! Je joue avec les chaussettes normales, à l’ancienne.

On va parler un peu maillot. Est ce que tu es un adepte des échanges de maillots ? Et si oui, est-ce que tu fais comme Messi et est-ce que tu favorises certains joueurs plus que d’autres ? 

J’échange mon maillot qu’avec ceux que je connais, avec qui j’ai partagé le vestiaire ou avec qui il y a déjà une relation ou quelque chose. Chaque collection à son histoire, mais c’est vraiment personnel. Le seul à qui j’ai demandé, et encore c’était pour un ami, c’était Benzema. Et j’ai réussi à l’avoir. 

Et dans cette collection, est-ce qu’il y en a qui a la plus grande importance ? 

Je t’en dirais trois-quatre, mais ça va pas te plaire (rires). Je vais te dire Thibaut Métayer, mais vous devez pas le connaitre. C’est un ami à moi qui joue en CFA 2. J’ai aussi Greg Amiot et Alexis Blin qui sont dans le monde pro. Je vais dire aussi Fabien Rodriguez qui est dans le monde amateur et qui est un bon ami à moi.

Après dans les maillots un peu plus connus, j’ai celui de Martin Braithwaite du Barça. J’ai également celui de Thomas Lemar à l’Atlético. Je l’avais longtemps côtoyé en équipe de France Espoirs et U20.

Côté terrain maintenant, quel est ton meilleur souvenir en tant que footballeur ? 

Le coup franc à Angers ! Mais c’est plus le moment de vie sur les deux mois en fait. Une année très difficile, deux mois très intense avec Mr Dupraz et le groupe et une fin en apothéose. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yann Bodiger (@yannbodi)

Quel est le joueur que qui t’a fait rêver quand t’étais jeune ? 

Sergio Busquets 

Et celui qui t’impressionne le plus aujourd’hui ?

Difficile…. Tu as des extraterrestres comme tout le temps, mais Benzema dans sa forme d’aujourd’hui c’est beau quand même. Lewandowski aussi. J’aime bien les joueurs comme eux qui parlent pas beaucoup. Des joueurs comme Marquinhos aussi. Il fait un boulot incroyable.

Et le joueur que tu as affronté et qui t’a le plus marqué ? 

C’est bizarre, c’est des expériences, mais le joueur qui m’a le plus marqué, c’est Sofiane Boufal quand il était à Lille ! Tu imagines ? Après, oui, Messi bien sûr parce que c’est Messi, mais on attendait tellement, on était huit sur lui !

Mais par rapport au match, mon expérience terrain, c’est Boufal. Il était dans une super forme, il faisait des différences tout seul, il avait dû me dribbler deux ou trois fois. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yann Bodiger (@yannbodi)

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour ta saison avec avec Carthagène ? 

Déjà une saison pleine sans blessure et après à nous de faire le reste. L’objectif du club c’est de terminer dans la première partie de tableau et après avec le système de playoffs à voir comme le reste de la saison peut se passer. 

Et est-ce que tu suis les aventures de Toulouse en Ligue 2 ? 

Bien sûr ! J’ai passé dix ans là-bas, de mes 13-14 ans à mes 24. Ils sont bien en ce moment. Après là je pense qu’ils vont avoir un gros tournant dans la saison parce qu’ils vont commencer à prendre deux trois bons clubs qui vont aussi jouer la montée, et après la défaite et le nul à voir s’ils vont retrouver le chemin de la victoire. Ils ont une équipe quand même jeune. 

Mais ce qu’ils proposent, c’est plus que correct, c’est du solide. Et puis c’est à tous les niveaux. Ils ont bien restructuré le club et ça serait bien que ça aille de l’avant parce que c’est un bon club français. 

Merci à Yann Bodiger pour le temps accordé et bonne saison de la part de toute l’équipe de footpack. 

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok